Les virus - Alain

Alain SCOHY
Psychothérapeute
Travail somato-psycho-spirituel
Docteur en Médecine
Aller au contenu

Les virus

Biologie
Le prétendu « virus » du SIDA dans le journal du CNRS 170-171
de mars avril 2004
VIRUS : mythe ou réalité ?
 

Selon la biologie et la médecine, il existerait des virus : des entités microscopiques capables de transmettre des informations négatives – par le biais d’un fragment d’ADN ou d’ARN qu’elles contiendraient – et de parasiter nos cellules. Elles les obligeraient à fabriquer de nouveaux virus identiques qui pourraient ensuite aller contaminer les organismes voisins et déclencher des épidémies. Leur finalité serait de détruire et de tuer…

 
MAIS : tout cela est-il vrai ?
 
Les superbes images proposées ici ou là sont des dessins réalisés par des infographistes ou des montages plus ou moins grossiers, parfois même des ouvrages au crochet !
Quand par hasard nous avons une image un peu plus crédible, obtenue en général au microscope électronique, nous pouvons y reconnaître une petite bactérie ou un MICROZYMA !
Il faut savoir que tout ceci n’a jamais été vérifié et confirmé scientifiquement.
 
Au début du 20ème siècle, un médecin et savant allemand – le Dr Robert Koch – a explicité les règles minimales à vérifier pour pouvoir être certain qu’un virus ou une bactérie serait responsable d’une infection :
 
  1. Le micro-organisme doit être présent en abondance dans tous les organismes souffrant de la maladie, mais absent des organismes sains.
  2. Ce micro-organisme doit pouvoir être isolé et croître en milieu de culture pur (ne contenant que ce seul microbe).
  3. Le micro-organisme cultivé doit déclencher la même maladie chez un animal de laboratoire sensible.
  4. Le micro-organisme doit être à nouveau isolé du nouvel organisme hôte rendu malade puis identifié comme étant identique à l'agent infectieux original.
       
Ce POSTULAT de KOCH n’a jamais pu être démontré pour les maladies virales, quelles qu’elles soient.

La VÉRITÉ scientifique : les MICROZYMAS !
Au 19ème siècle, le Pr. Antoine Béchamp, découvrait au cœur de tous les êtres vivants – végétaux, insectes, animaux, humains – des microcellules mesurant entre 30 et 60 nanomètres de diamètre. Plus de 40 ans de recherche et d’expérimentations rigoureuses lui ont permis d’en comprendre l’importance et le rôle dans le processus de la vie :
  • Ce sont ces microzymas qui bâtissent les bactéries ou microbes, les cellules, les organismes complexes. Les bactéries sont toujours endogènes (bâties par nos propres microzymas) et ont pour fonction de nous guérir.
  • Quasiment immortels, on les retrouve dans l’humus après la mort d’un être vivant.
  • Ce sont eux qui synthétisent les enzymes ou zymases (d’où leur nom) et qui métabolisent les différents substrats qui constituent les êtres organisés.
  • C’est au cœur de ces microzymas qu’ont lieu les combustions et la respiration cellulaire.

Redécouverts à la fin des années 2000 par des géologues, ils ont été rebaptisés "nanobes" ou "nanobactéries". Le professeur Philippa Uwins en Australie a même décelé au cœur de chacun d’entre eux un cristal de silicium.
Il est clair qu’ils sont présents partout au cœur des êtres vivants organisés. Ce qui peut expliquer la confusion faite par les biologistes avec les virus. Mais ils ne sont pas des virus, ils ne sont pas "contagieux" et n’envahissent jamais un organisme complexe – même lorsqu’ils sont assemblés en telle ou telle bactérie. Tout cela a été démontré de manière rigoureuse par le Pr. Béchamp.
DISCUSSION ET CONCLUSIONS
Nous pouvons comparer les êtres vivants organisés aux fourmilières : les fourmis sont les microzymas, mais l’être organisé est la fourmilière.
La réalité des microzymas et tout ce que nous savons de manière vraiment scientifique sur leur rôle et leurs fonctions nous permettent de sortir de la peur :
IL N’Y A PAS DE GUERRE BACTÉRIOLOGIQUE OU VIRALE.
Croire qu’une maladie est causée par un virus ou une bactérie, c’est croire que le tas de fumier est fabriqué par les mouches qui tournent autour !?
Comment pouvons-nous gober de pareilles âneries ?
Qui se souvient de cette affirmation de Pasteur sur son lit de mort à son ami, le Dr Renon :
"BERNARD avait raison ;
le microbe n’est rien,
c’est le terrain qui est tout !"
???
S’il n’accepte pas de reconnaître le génie de Béchamp, qui est son contradicteur majeur, il reconnaît néanmoins que ses théories ne sont que des hypothèses non fondées…
Léon Delhoume : « De Claude BERNARD à d’ARSONVAL »,
Lib. Baillière et fils, Paris, 1939
Portrait de Claude Bernard, un grand scientifique de la même époque
La compréhension des mécanismes psychosomatiques à l’origine des maladies et la complémentation en vitamines permet une guérison rapide et sans complication des maladies aiguës.
 
Tout cela est bien sûr en accord avec une idée de la création plus intelligente.
La splendeur de l’univers et la splendeur des êtres organisés sous-entend
une Intelligence extraordinaire à l’origine de tout cela.
Il ne serait pas logique que cette Intelligence aille imaginer - et créer - de méchants virus ou de méchantes bactéries allant détruire son œuvre.
Il nous faut donc chercher d’autres explications aux maladies.
Nous devons retrouver notre dimension spirituelle.
Nous avons le choix :
  • Croire aux virus et nous interdire de vivre par peur de ces virus,
  • Croire en Dieu et retrouver le sourire, la joie, et la plénitude de la vie.
Rien n'est la proie de la mort, tout est la proie de la Vie !
Professeur Antoine Béchamp
Retourner au contenu