La vitamine E - Institut Paracelse

Aller au contenu

Menu principal :

La vitamine E

Fondements > Divers

LA VITAMINE E

Elle est l'équivalent de la vitamine C pour les tissus lipidiques puisqu'elle est soluble dans les lipides, contrairement à la vitamine C. Il est donc indispensable de se complémenter régulièrement et en quantités suffisantes avec de la vitamine E strictement naturelle (entre 400 et 1000 mg ou alpha TE par jour) pour régénérer essentiellement :

– Le cerveau (mémoire, concentration, toutes les maladies neurologiques depuis les paralysies jusqu'aux problèmes d'impuissance),
– La muqueuse interne des artères (intima) où elle permet la fonte des plaques d'athéromes une fois qu'elles ne sont plus nécessaires (les plaques d'athéromes sont des échaffaudages permettant aux microzymas de réparer les éventuelles lésions artérielles), et l'assouplissement et le rajeunissement global de l'arbre artériel.
– La peau et les phanères (ongles, cheveux, poils),
– Les articulations (synovie).
– Les lipomes, la cellulite et tous les tissus adipeux.


CARACTÉRISTIQUES
La forme la plus active est le RRR-alpha-tocophérol ou D-alpha-tocophérol.

Il ne s’en trouve que 8% dans la vitamine E vendue en pharmacie. La plupart des autres formes sont inutiles, voire toxiques pour le foie : il faut vraiment l'éviter !

Elle est présente essentiellement dans les huiles végétales riches en graisses polyinsaturées. Seules, les huiles de germe de blé, de bourrache et d'onagre ainsi que les noisettes et les amandes fournissent plus de vitamine E qu'elles n'en consomment.
La forme active naturelle est mesurée en Alpha-Tocophérol-Equivalent : 1 mg = 1 alpha TE.
Il ne faut pas se fier aux UI (unités internationales) et il faut faire attention aux indications plus ou moins précises sur les étiquettes qui peuvent vous induire en erreur. En général, les produits commercialisés - surtout sous forme de gélules - apportent une certaine quantité de "vitamine E naturelle" à 40, 50, 60%... Il faut donc faire une règle de trois pour estimer la quantité réelle de vitamine !


MODE D’ACTION DE LA VITAMINE E
Il consiste à neutraliser les radicaux libres et à inhiber la réaction d'oxydation en chaîne qu'ils provoquent, à l'origine des phénomènes de dégénérescence. En fait, vitamine C et vitamine E agissent comme des "pompiers" évitant la propagation des incendies au cœur de nos cellules !
Cet effet se fait ici au niveau des tissus et substances lipidiques par opposition à la vitamine C qui agit en milieu aqueux. Le bénéfice de la vitamine E sera donc particulièrement important :

– pour le cerveau (mémoire, concentration, troubles neurologiques),
– pour l’épiderme (couche superficielle de la peau) et les phanères (ongles, poils, cheveux),
– pour les dépôts lipidiques en tous lieux du corps – et en particulier pour les plaques d’athérome,
– pour les articulations (synovie).

CARENCE EN VITAMINE E
Les principaux symptômes sont :
– Un vieillissement de la peau : rougeur, sécheresse, aspect malsain, taches brunes de vieillesse,
– Une altération des phanères : cheveux secs, cassants, rares ou oncles friables, cassants, striés et avec des tâches blanches,
– Une diminution de la mémoire et des facultés de concentration.
– L’arthrose et les dorsalgies.

LES BESOINS
Ils sont bien difficiles à définir. Les doses recommandées sont totalement arbitraires : de 3 à 12 alpha TE (mg de vitamine E naturelle) du nouveau-né à l'adulte. Il semble raisonnable de multiplier ces besoins au moins par 20. Ce n'est qu'à partir de 100 mg de vitamine naturelle par jour que l'on commence à observer une élimination de vitamine E dégradée dans les urines.
Une alimentation végétarienne stricte et optimale pour les apports en vitamine E n’en apporte pas plus de 15 mg par jour. Pour atteindre 100 mg, il faudrait manger chaque jour 10 kg de laitue ou 4 kg de beurre ou 5 kg de pain complet ! Les suppléments semblent donc inévitables.
Les doses "thérapeutiques" efficaces de manière tangible sur le plan clinique se situent entre 600 et 1200 mg par jour. La plupart des spécialistes de la vitamine E sont d’accord pour préconiser une dose quotidienne d’environ 1000 mg.
À signaler que les enfants naissent carencés en vitamine E parce que les vitamines liposolubles passent très mal la barrière placentaire. Il est regrettable qu'ils ne soient supplémentés que s'ils sont prématurés ou s'ils présentent des malformations ou certaines pathologies comme la mucoviscidose… Il est probable que l'ictère néo-natal relève d'une carence en vitamine E.
Attention, l’huile de paraffine, le questran (cholestéramine), la pilule, le fer, le cuivre et certains antibiotiques gênent l’absorption ou la métabolisation de la vitamine E.


INDICATIONS “THERAPEUTIQUES”
Longtemps critiquée ou ignorée, la vitamine E commence tout juste à être mieux connue.
- Nous venons de le voir, il faut en donner à tout nouveau-né présentant un ictère néo-natal.
- Par ailleurs, couplée à la vitamine C, elle évite ou améliore la mucoviscidose.
- Elle agit de manière évidente dans la prévention des processus de dégénérescence et de vieillissement.
Toutes les démences séniles, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, l'épilepsie, les paralysies, les encéphalites spongiformes (vache folle, Kreutzfeld Jacob) etc., peuvent être prévenues, minimisées ou guéries par une supplémentation abondante en vitamine E.
- Elle stimule la mémoire et la concentration.
- Elle permet la régénération du tissu nerveux suite aux interventions neurochirurgicales ou à la radiothérapie sur le cerveau.
- Elle devrait être utilisée systématiquement chaque fois qu’il existe une pathologie ou maladie cutanée :
C'est vrai depuis l’eczéma jusqu’aux dermatoses bulleuses en passant par les vergétures et les rides. La peau s'altère rapidement en cas de carence en vitamine E : elle devient plus fragile, a tendance à rougir et à se fissurer.
- Elle est très importante également pour les troubles des phanères : chutes des cheveux, dystrophie des ongles...
- Elle peut guérir l’impuissance et la stérilité.
- Elle dissout les plaques d’athérome.
- Elle réduit considérablement les phénomènes inflammatoires articulaires et les dorsalgies.
Son effet anti-inflammatoire est comparable – voire supérieur – à celui de la plupart des anti-inflammatoires classiques et de la cortisone.
- Chez le sportif, la vitamine E – associée à la vitamine C et aux vitamines B – améliore considérablement les performances.
- Elle régule la sécrétion biliaire et le transit intestinal...  
- Elle augmente la tolérance à la pilule.
- Elle aide à la régulation du métabolisme du fer.
- Elle aurait un rôle pour prévenir la cataracte.
- A forte dose (1,2 à 1,6 ml par jour), elle fluidifie le sang et évite les thromboses et phlébites.

Elle remplace les anticoagulants classiques de manière efficace et sans la moindre toxicité, ce qui n'est pas le cas pour les anticoagulants oraux (antivitamines K) qui agissent en détruisant le foie. En effet, c'est le foie qui construit les principaux facteurs de coagulation à part l'héparine.

- Elle aide au démontage des lipomes et de la cellulite à dose suffisante.
Il serait intéressant que toutes les personnes souffrant de ces problèmes (placards de cellulite ou lipomes) fassent le test sur quelques mois à raison d’au moins 600 mg ou alpha TE par jour et me tiennent au courant des résultats, positifs ou négatifs.


PRECAUTIONS : elle peut entraîner une hyperfluidité du sang par diminution de l'adhésion plaquettaire pour des doses supérieures à 1200 mg par jour, ce qui n’est gênant qu’en cas d’intervention chirurgicale.

POUR CONCLURE
Il est clair qu'une supplémentation en vitamine E est intéressante et même nécessaire.
La posologie est fonction de multiples facteurs :
– Stress du quotidien,
– Pollutions diverses inévitables,
– Qualité de l'alimentation : il faudra se supplémenter d'autant plus que les aliments sont trop souvent irradiés actuellement, en particulier dans les supermarchés.
– Présence ou non d'une supplémentation en vitamine C,
– Association ou non d'autres anti-oxydants (acide lipoïque, procyanidols…).
De manière générale, il semble raisonnable de prévoir au moins entre 400 et 600 mg de vitamine E naturelle par jour quand tout va bien…

Dr Alain Scohy, résumé d’un chapitre du livre :
UNE DIETETIQUE POUR GAI RIRE


Retourner au contenu | Retourner au menu