Biolélectronique et antioxydants - Institut Paracelse

Aller au contenu

Menu principal :

Biolélectronique et antioxydants

Fondements > Divers

LA BIOÉLECTRONIQUE est une technique d’investigation scientifique qui mesure trois constantes des milieux aqueux :

  1. Le pH ou niveau d’acidité ou d’alcalinité – qui est proportionnel au niveau d’hydratation (plus le milieu est acide, plus il est hydraté et inversement).
  2. Le Rh2 qui mesure l’état de réduction ou d’oxydation : pour prendre un exemple simple, une bougie neuve est dite "réduite". Lorsqu’elle est complètement consumée, elle est dite "oxydée".
  3. Le ro qui mesure la résistivité, c’est-à-dire la résistance qu’oppose le milieu au passage d’un courant électrique. Plus la résistivité est élevée, plus le milieu est “propre” ! En effet, la plupart des substances dissoutes sont ionisées et donc facilitent le passage du courant électrique.

La VIE relève d’une évolution à la fois cyclique et linéaire que l’on peut surveiller grâce à ces trois constantes.
Sur le plan cyclique, la vie évolue entre deux états :

1 – L’état d’éveil commence en moyenne à 6 h du matin – heure solaire – pour devenir maximum à 12 h et s’achever à 18 h. C’est une phase YANG dite de sympathicotonie. L’appareil locomoteur et le cerveau sont alors très richement vascularisés et fonctionnent à plein rendement.
2 – L’état de réparation et de sommeil commence à 18 h, est maximum à 0 h et s’achève à 6 h du matin. Cette phase YINN est baptisée vagotonie. L’appareil digestif et la peau fonctionnent à plein rendement.

  • À 6 h du matin, normalement, l’organisme est relativement acide, il est “réduit” – c’est-à-dire que les réservoirs d’énergie sont remplis – et il est relativement propre avec un ro élevé.

  • À 12 h, au maximum de la phase YANG, le pH commence à augmenter (alcalinisation), les réserves de carburant sont à moitié et donc le niveau d’oxydation augmente. Le rH2 diminue et les cendres et les radicaux libres s’additionnent aux divers polluants rencontrés pendant l’activité et commencent à faire diminuer le ro.

  • À 18h, le pH est à un niveau d’alcalose maximum, le RH2 est effondré puisque les réserves de combustible sont quasiment épuisées, et le ro est très faible.

  • Le repas pris alors va permettre à l’organisme de se ré-acidifier et de refaire le plein de combustible.

  • À 0 h, une fois le repas digéré, les microzymas peuvent commencer à refaire le plein des réservoirs d’énergie et à régénérer les tissus lésés par l’activité de la journée. Le rH2 va remonter progressivement et le pH diminue pour repartir en acidose. À 6h, l’organisme est prêt à reprendre son activité.

Dans ce processus, la prise d’antioxydants est intéressante à tous les niveaux :
La vitamine C, la Vitamine E naturelle et les vitamines B sont les antioxydants de base, certaines travaillant sur les milieux aqueux, les autres sur les milieux lipidiques (peau, système nerveux, intimas artérielles, synovie articulaire).

Grâce à eux, les microzymas peuvent antidoter les cendres et les radicaux libres ainsi que tous les toxiques inhalés ou assimilés. Ce qui va permettre au ro de remonter sensiblement. Par ailleurs, ces précieuses substances aident à ramener l’ensemble de l’organisme à un niveau d’acidité convenable (hydratation = jeunesse) et elles limitent l’ampleur de la sympathicotonie et des combustions en apaisant le sujet. Par-là, elles limitent l’oxydation générale de l’organisme au cours de la journée. On peut les comparer aux briques pare-feu qui tapissent une cheminée et canalisent et contiennent la flamme du foyer.


Les complexes de vitamines B ont un autre rôle très intéressant. Ils potentialisent le FOIE ! Et cet organe qui est un peu la "zone industrielle" de l'organisme, permet en particulier un bon état visuel et musculo-tendineux. Il facilite en particulier le travail du coeur qui est un muscle.


Sur le plan linéaire, depuis le bébé jusqu’au vieillard, il est clair que la moyenne de ces trois constantes évolue aussi régulièrement.

  • Le pH augmente progressivement. Le bébé contient environ 90% d’eau, il est donc très acide. Le vieillard au contraire n’a plus que 65% d’eau et il est très alcalin.
  • Le Rh2 diminue progressivement : le bébé est relativement “neuf” et donc plus réduit que le vieillard qui a brûlé toutes ses réserves vitales et qui est donc très oxydé.
  • Le ro quant à lui diminue progressivement avec la pollution accumulée par le vieillard tout au long de sa vie.


Là encore, les antioxydants de base, vitamine C, Vitamine E naturelle et vitamines B, sont essentiels pour freiner le vieillissement, l’arthrose et la fatigue. Ils ramènent à l’état acide, réduit et remontent le ro, c’est-à-dire dépolluent l’organisme.

Retourner au contenu | Retourner au menu